L’Internet au service du devoir de mémoire

plakette5.jpg

Beste Pierré Lagacé

Ten eerste bedankt voor het plaatsen van onze gegevens op uw blog over de Vickers Wellington die met zijn Canadese bemanning neerstortte in Boekel.

Het bracht ons na vele jaren speurwerk al snel op uw blog de 3 mooie foto’s van J.P.A. Raymond op.

Daarna via facebook nog eens deze foto van Paul Kurn met ook uw naam met de bijna de gehele bemanning op Harry Mohin na.

Met uw medewerking hebben onze Canadese helden een gezicht gekregen.

Hiervoor onze hartelijke dank,en wie weet wat er nog meer voor reacties hier uit voort komen.

Nogmaals heel veel dank en

Met vriendelijke groet Joop van Lankvelt en Kees van Ginniken

Cher Pierre Lagacé

Tout d’abord, merci d’avoir affiché nos informations sur votre blogue au sujet de l’écrasement du Vickers Wellington à Boekel avec son équipage canadien.

Après de nombreuses années de recherche nous avons maintenant les 3 belles photos de Jean-Paul Raymond qui avaient été mises sur le blogue. Ensuite, via Facebook, une autre photo partagé par Paul Kurn de presque toute l’équipe sauf Harry Mohin.

Grâce à votre collaboration, nos héros canadiens ont reçu un visage. Nous vous en remercions vivement, et qui sait quelles autres réactions en découleront.

Encore une fois, merci beaucoup,

Avec nos meilleures salutations

Joop van Lankvelt et Kees van Ginniken

Dear Pierre Lagacé

First of all, thank you for posting our information on your blog about the Vickers Wellington crash in Boekel with its Canadian crew.

After many years of research we now have the 3 beautiful photos of Jean-Paul Raymond that had been posted on the blog. Then, via Facebook, another photo shared by Paul Kurn of almost the entire crew except Harry Mohin.

Thanks to your collaboration, our Canadian heroes have received a face. We thank you very much for this, and who knows what other reactions will follow.

Again, thank you very much,

With our best regards

Joop van Lankvelt and Kees van Ginniken

Publicités

Un message des Pays-Bas/A message from the Netherlands

Boekel 20-12-1942

Vijfenzeventig jaar geleden

Il y a soixante-quinze ans.

Seventy-five years ago

BOMMENWERPER STORT NEER IN BOEKEL

UN BOMBARDIER S’ÉCRASE À BOEKEL

BOMBER CRASHES IN BOEKEL

BOEKEL – Het is vandaag of morgen – het ligt er maar net aan wanneer u deze krant leest – precies driekwart eeuw geleden dat een middelzware bommenwerper, type Vickers Wellington MK III, met zes Engelse en Canadese bemanningsleden aan boord, neerstortte vlakbij de boerderij waarin nu Porte de Provence is gevestigd, aan de uitvalsweg naar Erp.

BOEKEL – Il y a exactement trois quarts de siècle, un bombardier moyen-lourd de type Vickers Wellington MK III s’est écrasé avec six membres d’équipage anglais et canadiens à son bord, près de la ferme où est maintenant située Porte de Provence, sur la route pour Erp.

BOEKEL – Exactly three quarters of a century ago, a Vickers Wellington MK III medium-heavy bomber crashed with six English and Canadian crew members on board, near the farm where Porte de Provence is now located, on the way to Erp.

Door Simon van Wetten/Par Simon van Wetten/By Simon van Wetten

Kees van Ginneke en Joop van Lankvelt willen de datum – het gebeurde op 20 december 1942, omstreeks 20.13 uur, niet ongemerkt voorbij laten gaan. Zij reconstrueren, namens de Boekelse Heemkundekring, de gebeurtenissen op die decemberavond vlak voor Kerstmis, nu al een mensenleven geleden.

Kees van Ginneke et Joop van Lankvelt ne veulent pas que la date du 20 décembre 1942, vers 20.13 heures, ne passe inaperçue. Ils relatent, pour les lecteurs du Boekelse Heemkundekring, les événements de cette soirée de décembre juste avant Noël qui semble déjà une éternité de cela.

Kees van Ginneke and Joop van Lankvelt did not want the date of 20 December 1942, around 20.13 hours, which seems an eternity ago, to go unnoticed. They are reconstructing for the readers of the Boekelse Heemkundekring the events of that December evening just before Christmas.

Kees: “Het toestel was die dag, tegen zes uur lokale tijd, opgestegen van een vliegveld in Yorkshire, Engeland, om een bombardementsvlucht uit te voeren op Duisburg, samen met 231 andere bommenwerpers. Na dat bombardement is het toestel op de terugweg onderschept door een Duitse nachtjager, een Messerschmitt.” En Joop vertelt: “De bommenwerper is kennelijk, nadat het was aangeschoten, nog enige tijd doorgevlogen. Ooggetuigen vertelden dat het toestel vanaf Mill brandend in de richting van Boekel is gevlogen, om vervolgens in stukken uiteen te vallen.”

Kees : « Ce jour-là, à six heures, heure locale, l’avion avait décollé d’un aérodrome du Yorkshire, en Angleterre, pour effectuer un vol de bombardement à Duisburg, avec 231 autres bombardiers. Après ce bombardement, l’avion a été intercepté sur le chemin du retour par un chasseur de nuit allemand, un Messerschmitt. Et Joop raconte : « Le bombardier aurait volé pendant un certain temps après qu’il ait été touché. Des témoins oculaires ont dit que l’avion avait volé de Mill en direction de Boekel, puis s’était désintégré en morceaux.

Kees: « On that day, at six o’clock local time, the plane took off from an airfield in Yorkshire, England, on a bombing flight to Duisburg with 231 other bombers. After this bombardment, the aircraft was intercepted on the way back by a Messerschmitt, a German night fighter. Joop says: « The bomber would have flown for a while after it was hit. Eyewitnesses reported that the aircraft flew from Mill to Boekel and then disintegrated into pieces.

De romp, cockpit en een vleugel kwamen terecht op ’t Huifke, de directe omgeving van waar nu restaurant Porte de Provence is gevestigd. De andere vleugel kwam terecht op de woning en het kippenhok van de weduwe Van Berlo, in wat nu de Meester van Hooffstraat is. Op het erf van landbouwer M. Hoevenaars werd een geopende parachute gevonden. Piloot Leslie Causley was als door een wonder, nadat het vliegtuig was ontploft, toch veilig aan de grond gekomen. Hij kwam in café Van Zon weer wat op verhaal en werd, nadat zijn laarzen voorzichtig waren uitgetrokken, verbonden door een EHBO-er, Martien van Lankvelt, jawel, de vader van Joop. Helaas mislukte de poging van een aantal Boekelse mannen om de piloot te laten onderduiken. Hij werd gearresteerd en afgevoerd, met achterlating van zijn laarzen.

Le fuselage, le cockpit et une aile se sont retrouvés à Huifke, à proximité immédiate de l’emplacement actuel du restaurant Porte de Provence. L’autre aile s’est retrouvée dans la maison et le poulailler de la veuve Van Berlo, dans ce qui est aujourd’hui le Master of Hooffstraat. Un parachute ouvert a été trouvé dans la cour du fermier M. Hoevenaars. Le pilote Leslie Causley avait, comme par miracle, après l’explosion de l’avion, sauté en toute sécurité. Dans le café Van Zon, il a raconté une nouvelle histoire et, après avoir soigneusement retiré ses bottes, il a été mis en relation par un secouriste, Martien van Lankvelt, oui, le père de Joop. Malheureusement, la tentative d’un certain nombre d’hommes de Boekel de laisser le pilote se cacher a échoué. Il a été arrêté et emmené, laissant derrière lui ses bottes.

The fuselage, the cockpit and a wing were found in Huifke, in the immediate vicinity of the current location of the Porte de Provence restaurant. The other wing ended up in Van Berlo’s widow’s house and henhouse, in what is now the Master of Hooffstraat. An open parachute was found in the yard of farmer Mr. Hoevenaars. Pilot Leslie Causley had, by miracle, jumped safely after the plane exploded. In the Van Zon café, he told the story and, after carefully removing his boots, he was put in touch with a first-aid worker, Martien van Lankvelt, yes, Joop’s father. Unfortunately, the attempt by a number of Boekel’s men to help the pilot hide failed. He was arrested and taken away, leaving his boots behind.

Bommenrichter Harry Mogin kon ook op tijd uit het vliegtuig springen. Hij kwam terecht in een gehuchtje waarvan hij zich later de naam niet kon herinneren, alleen dat de kleine boerderij waarin hij opgevangen werd, er van binnen precies zo uitzag als het interieur van Van Goghs “De Aardappeleters”. Niet zo passend in dat sfeerbeeld was de grote politieman met dito revolver, die plots binnenkwam en Harry arresteerde.

Le bomb aimer Harry Mogin a aussi sauté de l’avion à temps. Il s’est retrouvé dans un hameau dont il ne se souvenait plus du nom, sauf que la petite ferme où il a été recueilli ressemblait exactement à l’intérieur de « The Potato Eaters » de Van Gogh. Soudainement un grand policier avec un revolver à la main est entré et a arrêté Harry.

The bomb aimer Harry Mogin also jumped off the plane in time. He found himself in a hamlet whose name he could no longer remember, except that the small farm where he was taken in looked exactly like inside Van Gogh’s « The Potato Eaters ». Suddenly a tall policeman with a gun in his hand came in and arrested Harry.

De vier andere bemanningsleden, navigator Guy Martel en de drie air-gunners Jack Cholette, Hurley Roy en Johnny Raymond, overleefden de crash niet; in de romp van het vliegtuig werden twee gedeeltelijk verkoolde lijken aangetroffen, één lichaam werd teruggevonden tussen de woningen van Hoevenaars en Van Lith en het vierde slachtoffer sloeg te pletter op de muur en het dak van de schuur van diezelfde Dorus van Lith.

Les quatre autres membres de l’équipage, le navigateur Guy Martel et les trois mitrailleurs Jack Cholette, Hurley Roy et Johnny Raymond, n’ont pas survécu à l’écrasement ; deux corps partiellement carbonisés ont été retrouvés dans le fuselage de l’avion, un corps a été retrouvé entre les maisons Hoevenaars et Van Lith et la quatrième victime est tombée sur le mur et le toit du grenier de Dorus van Lith.

The other four crew members, navigator Guy Martel and the three air gunners Jack Cholette, Hurley Roy and Johnny Raymond, did not survive the crash; two partially charred bodies were found in the aircraft fuselage, a body was found between Hoevenaars and Van Lith houses and the fourth victim fell on the wall and roof of Dorus van Lith’s attic.

In 1952 kwam piloot Lesley Causley terug naar Boekel, onder andere ook naar café Van Zon. Joop: “Hij vroeg naar ons pa, en de cafébaas herinnerde zich iets, holde naar de zolder en kwam terug met een laars, gemerkt LC!”

En 1952, le pilote Lesley Causley revient à Boekel, entre autres au café Van Zon. Joop : « Il a demandé pour notre père, et le propriétaire du pub s’est souvenu de quelque chose, a couru au grenier et est revenu avec une botte, marquée LC !

In 1952, pilot Lesley Causley returned to Boekel, among other places to the Van Zon café. Joop: « He asked for our father, and the owner of the pub remembered something, ran to the attic and came back with a boot, marked LC!

Vijftien jaar geleden is er ook al stil gestaan bij de crash. Martin van de Ven hield toen een aangrijpende toespraak: “Hun laatste vlucht voor Kerstmis.” Maar nu willen Kees en Joop méér. Zij willen een infobord op de crashplaats en niet alleen daar. Kees: “Het streven is om straks, bij het herdenken van 75 jaar bevrijding, op álle plaatsen waar in de gemeente Boekel vliegtuigen zijn neergekomen, zo’n bord te plaatsen.” En Joop vult aan: “We gaan woensdagavond stilstaan bij die nog altijd indrukwekkende gebeurtenis van vijfenzeventig jaar geleden. Dat doen we uiteraard ter plekke, precies om 20.13 uur.”

Il y a quinze ans, l’écrasement a également été commémoré. Martin van de Ven a prononcé un discours émouvant : « Leur dernier vol avant Noël. Mais maintenant, Kees et Joop en veulent plus. Ils veulent un panneau d’information sur le lieu de l’accident et pas seulement là. Kees : « Le but est de placer un tel panneau sur tous les endroits où des avions se sont écrasés dans la municipalité de Boekel, en commémoration du 75e anniversaire de la libération. Et Joop ajoute : « Mercredi soir, nous réfléchirons à cet événement encore impressionnant d’il y a soixante-quinze ans. Bien sûr, nous le ferons sur place, exactement à 20 h 13.

Fifteen years ago, the crash was also commemorated. Martin van de Ven gave a moving speech: « Their last flight before Christmas. But now Kees and Joop want more. They want an information board at the crash site and not just there. Kees: « The aim is to place such a sign on all the places where planes have crashed in the municipality of Boekel, in commemoration of the 75th anniversary of the liberation. And Joop adds: « Wednesday evening, we will reflect on this still impressive event from seventy-five years ago. Of course, we will do it on site, exactly at 8:13 p. m.

Heel goed dat dit gebeurt. Mooi is ook te vernemen dat er mensen in Boekel zijn die élk jaar bloemen op de crashplaats gaan leggen. Zij begrijpen wat wij allemaal, jong en oud, zouden moeten begrijpen: zij die in die oorlogsjaren hun leven in de waagschaal stelden voor een betere wereld, mogen niet worden vergeten!

C’est très bien que cela se produise. C’est aussi agréable d’apprendre qu’il y a des gens à Boekel qui vont mettre des fleurs sur le site de l’accident chaque année. Ils comprennent ce que nous tous, jeunes et vieux, devrions comprendre : ceux qui, pendant ces années de guerre, ont mis leur vie en danger pour un monde meilleur, ne devraient pas être oubliés

It is very good that this is happening. It’s also nice to know that there are people in Boekel who will put flowers on the crash site every year. They understand what all of us, young and old, should understand: those who, during these years of war, put their lives in harm’s way for a better world, should not be forgotten

Beschouw dit artikel ook als een uitnodiging om woensdagavond aanwezig te zijn. U kunt parkeren op het terrein van het genoemde restaurant.

Op de foto: Joop van Lankvelt (links) en Kees van Ginneke bij de documentatie van de vliegtuigcrash.

Considérez également cet article comme une invitation à être présent le mercredi soir. Vous pouvez vous garer sur le terrain du restaurant mentionné.

Sur la photo : Joop van Lankvelt (à gauche) et Kees van Ginneke avec de la documentation sur l’accident de l’avion.

Also consider this article as an invitation to be present on Wednesday evening. You can park on the grounds of the above-mentioned restaurant.

In the photo: Joop van Lankvelt (left) and Kees van Ginneke with some of the documentation of the plane crash.

Le début de la fin…?

Le début de la fin pour ce blogue sur les Alouettes qui faisait suite au premier écrit en 2010?

Vous trouvez sur ce blogue des centaines et des centaines de photos inédites datant de la Deuxième Guerre mondiale, la plupart partagées par la fille de l’adjudant Réal St-Amour.

Des photos comme celle de Louis Renaud qui n’a jamais raconté son histoire en revenant de la guerre.

aviateurs inconnus

Il y a tellement de photos sur le deuxième blogue que, faute de place, je dois en créer un troisième pour en mettre d’autres. Je sais qu’il y en aura d’autres pour faire revivre le passé glorieux des Alouettes…

Jean Paquette avec son pilote (2)

Cliquez ici…

 

5 janvier 1945

http://v2fr.thememoryproject.com/histoires/10:jean-thomas-raymond-cauchy/

Transcription

L’expérience la plus dure que j’ai vécue c’est quand je me suis fait descendre. La mission était à Hanovre [Allemagne]. Avant chaque mission on se rassemblait tous les équipages et on s’enfermait dans une pièce. Ils nous disaient, « Ce soir vous allez bombarder Hanovre ». Les officiers qui étaient là nous disaient à quelle hauteur nous devions voler rendu à telle hauteur vous tournez à droite, un autre degré, une autre direction, et ainsi de suite… [on] zigzaguait.

Sans rentrer trop dans les détails, l’avion qu’on m’a donné ce soir là avait vu beaucoup de missions. J’ai hésité quand j’ai vu cet avion-là. Même après le test, comme on faisait avant de partir, on faisait l’inspection du bombardier. On faisait partir le moteur et ainsi de suite. On montait, il commençait à faire noir. J’ai remarqué que le tuyau d’échappement intérieur gauche rougissait. C’était la noirceur totale en Angleterre, en Allemagne, partout, pendant la guerre. Donc si vous allumez une allumette à 18 000 pieds ils vont vous voir en bas. Et maintenant j’avais mon tuyau d’échappement! J’ai averti l’équipage. Vigilance et vigilance ! Il n’était pas question de retourner.

En vol on laissait tomber des plaquettes de métal pour brouiller le radar des Allemands. Mais étant visibles, ça ne nous aidait pas du tout. J’ai eu un pressentiment et j’ai serré les courroies de mon parachute. Parce qu’on desserrait les courroies pour ne pas rester assis dessus pendant tout le vol. Aux contrôles, cela devenait très irritant à la longue. Mais j’ai eu un pressentiment et j’ai serré mon parachute. J’ai averti les mitrailleurs, disons que quatre ou cinq minutes avant d’arriver à la cible.

On voyait les fusées en bas, nous étions très près de la cible. Soudainement à gauche – disons à dix heures sur votre montre, ou environ 345 degrés peut-être – un chasseur est arrivé. On ne le voyait pas, mais il a laissé tomber des fusées blanches, des fusées-parachute en ligne devant nous, cinq ou six, et ça descendait lentement. J’étais ébloui. On ne l’a jamais vu, le chasseur. Soudainement l’avion a sursauté. La DCA [défense contre-aérienne] a éclaté en dessous. J’avais toutes mes bombes, et on a été soulevé comme une feuille de papier. Je n’exagère pas. On a monté de plusieurs pieds. Les instruments étaient tous à l’envers. Quelques secondes après, le chasseur a tiré dans nos réservoirs à essence et l’avion a pris feu immédiatement.

Tout le monde a sauté et ensuite il restait juste moi. J’ai manqué d’oxygène pendant ce temps là. J’ai eu un peu de difficulté à sortir. Quand on manque d’oxygène nos gestes sont beaucoup plus lents. Finalement, j’ai atteint la trappe par laquelle nous sortions à l’avant. Les mitrailleurs avaient eu de la facilité à sortir. Je suis sorti de peine et de misère.

Je me suis fait descendre le 5 janvier, 1945, en plein hiver. Nous étions dans le centre de l’Allemagne à Hanovre, qui était presque en ligne avec Berlin. Les Alliés n’avaient pas encore traversé le Rhin. Les Russes avaient avancé, mais ils étaient encore loin. C’était mon devoir d’essayer de me sauver. Je me suis dirigé vers le nord, vers Amsterdam. J’ai marché, car il n’était pas question pour moi de m’étendre pour la nuit en plein hiver. C’était notre devoir. C’était automatique. J’ai été un peu audacieux. J’ai contourné un bosquet pour retrouver un petit chemin qui s’en allait vers le nord. Immédiatement sont sortis deux gardes, des jeunes, armés de mitraillettes. J’ai été fait prisonnier.

Une série de témoignages: Cliquez.

Tous des kids…

L’histoire des Alouettes, c’est l’histoire de kids partis à l’aventure.

Mais pas tous.

Pas Jean Cauchy, le deuxième à droite. Jean Cauchy voulait venger la mort de son frère mort en 1942. Sur cette photo que j’ai colorisée l’an dernier, il venait tout juste d’arriver avec l’escadrille Alouettes. Tous ces aviateurs ont été identifiés par un de mes lecteurs qui en sait encore plus que moi sur les kids. Ce qu’il ne sait pas par contre c’est que le neveu de Jean Cauchy contribue maintenant à mon blogue.

Louis-M Couillard a amené son mononcle Jean à Trenton et il partage avec vous toutes ces photos.

À suivre…

Le sans-filiste Jean Paquette

Le sans-filiste Jean Paquette n’est pas sur une des photos que je possède d’équipages de l’escadrille Alouette.

Je sais, par contre, en consultant des rapports d’opérations qu’il a participé aux mêmes missions que certains d’entre eux.

Jean Paquette était sergent sans-filiste (Wireless Air Gunner) dans l’équipage de Lavoie. Je trouve rien sur ce pilote.

Jean Paquette

Selon ma banque de données, son pilote aurait été le Warrant Officer Class II Lavoie. On indique qu’il aurait été affecté au 425 le 5 décembre 1944. Le mid-upper-gunner était le sergent R. Boivin, matricule R/136646. Le Flight engineer était le sergent D.L. Boot de la RAF. La plupart des ingénieurs de bord venaient de la RAF. Le bomb aimer était J. J. P. Grandguillot, matricule R/195435. Le rear gunner était le sergent W. Jolicoeur, matricule R/261247. Le navigateur était le sergent J. A. Robert Villiard, matricule R/199989. Il sera prêté à un autre équipage. Il sera blessé et sera fait prisonnier le 31 mars 1945 quand l’équipage Lesesne se fera descendre.

Voici quatre pages des rapports d’opérations de mars 1945. L’équipage de Lavoie a effectué quatre missions avec les Alouettes, la première le 21 mars et la dernière, celle du 25 mars, fut un atterrissage forcé à Riccall. C’est sans doute pourquoi Villiard fut prêté à un autre équipage.

Le mois de mars 1945 fut relativement meurtrier pour les Alouettes comme l’indique ces pages.

Comme leur navigateur fut descendu le 31 mars, l’équipage de Lavoie dut retourner à l’entraînement pour se choisir un nouveau navigateur durant le mois d’avril 1945 et apprendre à voler sur le Lancaster.

L’équipage ne participera plus aux opérations.

L’Alouette sans-filiste Jean Paquette

J’ai beaucoup écrit sur les Alouettes depuis 2010. Le fils de Jean Paquette vient de m’écrire à propos de son père.

Bonjour à vous,
J’ai en ma possession le casque d’aviateur de mon père Jean Paquette, membre du 425 et portant le numéro 14 ainsi qu’une épinglette et la devise Je te plumerai original. Sur une photo de son uniforme il est inscrit WAG RCAF. Il m’a déjà mentionné qu’il avait été radio transmetteur. Où puis-je trouver l’historique si possible, de cet aviateur ?

Le nom ne me disait rien. J’ai consulté ma banque de données sur Excel qui compte plus de 2000 noms. J’avais six Paquette. Son père a été facile à trouver avec son équipage.

Nom : Paquette

Prénom : J. U.

Matricule : R/219053

Grade : Sergeant

Rôle : Wireless Air Gunner

Équipage : Lavoie

Le pilote

Nom: Lavoie

Prénom :

Matricule: ????

Grade: Sergent

Rôle : Pilote:

Équipage : Lavoie

Le mid-upper-gunner

Nom : Boivin

Prénom : R.

Matricule : R/136646

Grade: Sergeant

Rôle : Mid-Upper Gunner

Équipage : Lavoie

Le Flight engineer

Nom : Boot

Prénom : D. L.

Matricule : RAF 1505103

Grade : Sergeant

Rôle : Flight Engineer

Équipage : Lavoie

Le bomb aimer

Nom : Grandguillot

Prénom : J. J. P.

Matricule : R/195435

Grade : Sergeant

Rôle : Bomb Aimer

Équipage : Lavoie

Le rear gunner

Nom : Jolicoeur

Prénom : W.

Matricule : R/261247

Grade : Sergeant

Rôle : Rear Gunner

Équipage : Lavoie

Le navigateur

Nom : Villiard

Prénom : J. A. Robert

Matricule : R/199989

Grade : Sergeant

Rôle : Navigateur

Équipage : Lavoie

Naissance : 1922

Décès :26-07-2004 (82 ans)

Fait prisonnier – blessé le 31-03-1945 âgé de 22 ans

descendu avec l’équipage Lesesne le 31-03-1945


Je connaissais déjà le navigateur Robert Villard. En fait, c’est un des tout premiers Alouettes que j’ai trouvé dans mon voyage dans le temps.

Cliquez ici…

Pour vous éviter de cliquer, voici l’intégral de mon article écrit en janvier 2011.


Le navigateur Robert Villiard

Son fils Bernard m’a écrit ce commentaire cette semaine…

Bonjour Pierre,

Mon père, Robert Villiard, était navigateur à bord d’un Halifax. Son avion a été descendu le 31 mars 1945, il fut fait prisonnier et envoyé au camp de Barth en Allemagne. Le pilote était Charles Lesesne (Américain), il est mort de ses blessures.

Si vous me donnez votre adresse de courriel, je pourrais vous envoyer tout ce que j’ai trouvé sur le pilote et sa dernière mission, j’ai besoin de votre aide pour avoir plus d’infos. Comme plusieurs combattants de la Deuxième Guerre, mon père n’a pas été très loquace concernant ses activités lors de ce conflit et maintenant qu’il est décédé, ça devient plus ardu.

Merci.

Bernard m’a envoyé ces photos de son père…

Robert Villiard à droite durant son entraînement au Canada

Robert Villiard

et un lien vers ce site… qui rend hommage aux aviateurs faits prisonniers.
Le nom de son père est dans la liste des prisonniers.
Son père comme la plupart des vétérans parlait peu de ses souvenirs de guerre. Bernard cherche à en savoir le plus possible sur son père. Il sait qu’il faisait partie de l’équipage de Chuck Lesesne dont j’ai parlé dans un article dimanche dernier.
Voici une autre photo de Robert Villiard avec un équipage d’un Halifax. Nous sommes à Tholthorpe…

Robert Villiard est à droite du pilote sur la photo.

Bernard se demande qui sont ces aviateurs…

Je ne sais pas si Bernard a le log book de son père?


La suite en janvier…